Le Grand Oral

Comment se préparer au Grand Oral, épreuve décisive du CRFPA ?

Préparer le Grand Oral

Le Grand Oral est une épreuve technique qui exige des candidats agileté et méthode : il faut savoir lier les thématiques, comprendre les tenants et les aboutissants des sujets. Or, quinze jours seulement séparent les résultats d'admissibilité du passage des premiers candidats devant les jurys d'Oraux. Il est donc nécessaire de se préparer suffisamment en amont, avec régularité : soyez curieux, documentez-vous sur les sujets d'actualité, consacrez chaque semaine au moins 30 minutes à la préparation du Grand Oral.

Déroulement et programme

Les candidats admissibles passent cette épreuve à fort coefficient (4, contre 3 pour la NDS et 2 pour les autres matières d'admissibilité) courant novembre. Elle se déroule en deux étapes : une heure de préparation suivie de 45 minutes d'Oral (15 minutes d'exposé et 30 minutes d'échange avec le jury). Le candidat fait face à 3 membres de jury, mais également à des tiers - souvent des étudiants - venus assister à cette épreuve publique. Nous vous conseillons, bien sûr, d'assister à certains de ces oraux dans votre IEJ.

Chaque membre du jury joue un rôle différent :

L’avocat vous évalue à travers un prisme professionnel. Il cherche à voir en vous un futur confrère, stagiaire, collègue.

Le magistrat évalue notamment vos qualités d'orateur et votre approche pratique du droit.

Le professeur évalue vos connaissances théoriques, votre culture juridique et votre cheminement de pensée logique.

Le programme porte globalement sur l’origine et les source du droit et sur les libertés et droits fondamentaux. Tous les sujets touchant de près ou de loin au droit peuvent cependant être évoqués.

L'exposé

- Les sujets en 1 mot :

Souvent très déstabilisants, ils ressemblent à des sujets de culture générale. Est alors appréciée votre capacité à relier les évènements d’actualité au droit et à vos connaissances personnelles. Il faut dans un premier temps coucher toutes ses idées sur le brouillon sans se censurer afin de trouver les ligaments de votre exposé. Vous pourrez ainsi aborder la problématique avec un angle original. Attention à ne pas vous focaliser sur ce que pense le jury, il est possible qu’ils n’aient eu aucune idée précise en vous confiant ce thème : à vous de vous l’approprier ! Ex : A - Le Rouge Peut se rapporter au sang, au Code Civil, à la Couleur de la Justice… B - La Plage Peut faire référence au burkini et la laïcité, à tous les thèmes qui s'y rattachent.

- Les questions

« Que pensez-vous de l’affirmation : tout s’achète quand on y met le prix ? »

Il faut mettre en lumière les (deux) libertés fondamentales en opposition afin d’élaborer une problématique. Cet exercice nécessaire constitue le fond de votre exposé. Ainsi, sont confrontées la liberté du commerce et la protection de la dignité humaine. Cette affirmation se révèle alors fausse, puisque la liberté du commerce et de l’industrie trouve sa limite dans les droits de l’Homme et les acquis sociaux, comme l’âge minimum ou le salaire minimum au travail.

Discussion

La 2nde partie de l’épreuve n’a pas de programme délimité. Ainsi ce ne sont pas tant vos connaissances qui sont évaluées, que votre raisonnement et votre capacité à le rendre visible. Il est donc interdit de répondre par un simple OUI//NON//JE NE SAIS PAS. Dans le cas d’une réponse affirmative, par exemple, il faut argumenter et ainsi prouver ses capacités. Il est alors bon de se laisser un temps de réflexion sans se laisser piéger par la cadence des questions.

Exemples :

Combien y a-t-il de personnes en prison aujourd’hui en France ?

N’ayez pas peur de raisonner à voix haute. On pourrait procéder en partant du nombre de Français pour se demander à quel pourcentage de Français cela correspond-il. Ce type de question soulève un problème de fond : celui de la surpopulation en milieu carcéral et du mauvais traitement des détenus régulièrement pointé du doigt par la CEDH.

Qui a rédigé le Code Civil ?

Il s’agit d’une question de culture générale. Cependant, si l'on n’a pas la réponse, il faut essayer de mobiliser au mieux ses connaissances. Ainsi, citer Napoléon qui en est à l’initiative constitue déjà un élément de réponse !

Quel ministre pratique les duels sous Mitterrand ?

Ici, si la réponse n’est pas connue, on peut de même parler de l’abortion de la pratique des duels, dont le fondement reposait sur les réparations pour l’honneur. Aujourd’hui, la forme de ces réparations ayant été remplacées, les duels perdent de leur sens. Cette explication de leur déchéance n’est qu’une parmi d’autres. Il faut davantage se concentrer sur votre capacité argumentative et votre logique afin d’ouvrir le débat.

Pourquoi voulez-vous être avocat ?

Un récit personnel est attendu ! Pas de phrases bateaux, le jury cherche une réponse personnalisée, profonde et riche. On puise dans les fondements de votre motivation : quels évènements, rencontres vous ont menés à cet oral ?

Pouvez-vous improviser une courte plaidoirie pour la maire de Paris ?

Le piège serait ici d’exprimer son opinion. C’est cependant le rôle de l’avocat de se dédoubler sans forcément exposer la teneur de ses convictions.

En Angleterre, on devient magistrat au bout de 20 ans, expliquez en quoi notre système est plus ou moins efficace ?

Ici au contraire, manifestez votre jugement. Avantages et inconvénients sont à comparer. Une organisation des idées structurée sera valorisée.

Parlez-moi d’Aristote, Socrate, Platon.

Si vous n’arrivez pas à mobiliser vos connaissances, mobilisez vos idées. Essayez de rappeler l’essentiel (philosophes de la Grèce antique), tentez ensuite de vous dérober sur le rapport entre la philosophie et le droit.

Vous êtes un enfant pris dans un divorce extrêmement contentieux entre vos parents, que ressentez-vous ?

Cette question jauge de votre humanité. Etes-vous capable de vous mettre à la place de votre client ? Vous représentez ici une personne fictive, ne parlez donc pas de votre vécu. Cette question importe, puisque beaucoup d’arguments sont souvent gagnés en extrajuridique !

Les Sujets en 2019

Les sujets bateaux

Qui juge le juge ? Procédure d’appel, Etat de droit contre l’arbitraire…

Faut-il interdire le tabac ? Liberté individuelle vs protection de la santé publique. On peut donner son opinion, du moment qu’elle est justifiée juridiquement.

Liberté ou égalité ?

Vie privée ou sécurité ? Ces deux questions opposent deux notions impossibles. La méthode de la dialectique est à adopter : I- Ils sont à priori incompatibles. II- Mais le droit a réussi à les concilier (expliquer comment)

Soutenez-vous que la loi VEIL de 1975 légalisant l’IVG n’est pas compatible avec le droit à la vie proclamé par la CEDH ? Cette forme de question vous demande souvent de plaidoyer en défaveur du sens commun ou de l’Etat de droit. Si elle est déstabilisante au début, cette méthode s’acquiert par l’entraînement, il est ainsi facile de s’y essayer quelque fois avec vos amis !

Un avocat peut-il mentir si c’est dans l’intérêt de son client ? Si elle paraît totalement négative en raison du serment de probité, il faut se garder des visions manichéennes et interroger le sujet. La définition de mentir semble floue, et est à nuancer.

Questions de culture juridique

Sur ce type de question, le nom ne suffit pas, approfondissez vos connaissances sur le fonctionnement de l’institution. N’hésitez pas à les mettre en lien avec l’actualité. Ex : le Défenseur des Droits est une AAI qui aujourd’hui se place face à la loi anti-casseurs susceptible d’être discriminante puisqu’elle restreint le droit à manifester.

Qui est le président de la CEDH ?

Qui est le président de la Cour de Cassation ?

Qui est le président du Conseil d’Etat ?

Qui est le président du Conseil constitutionnel ?

Qui est le Défenseur des droits ?

Autres questions dans l’air du temps

Qu’est devenu Alain Juppé ? Membre du Conseil constitutionnel.

Quel est le rôle du Conseil Constitutionnel ? Être concis : Garant de la Constitution, contrôle de constitutionnalité des lois et des traités ainsi que de la régularité des élections, rôle consultatif.

Citez 4 présidents du Conseil constitutionnel. Pour vous préparer, il est conseillé de lire le journal et de s’interroger pendant les temps morts de votre semaine, en cas de doute ; une vérification rapide permettra de clarifier vos connaissances et de (re)construire votre culture générale.

Accepteriez-vous de défendre le cardinal Barbarin ? un prêtre pédophile ? un Black Block qui a incendié le Fouquet’s ? Ces questions sont fondamentales dans votre vie de d’avocat et sont au cœur de la profession. Pourriez-vous les défendre ? Nous vous laissons répondre mais cette citation de Frank Berton peut vous aider :

« Le rôle de l'avocat, c'est d'être présent pendant l'instruction pour vérifier la légalité de la procédure, que tous les éléments qui peuvent lui être favorables soient bien pris en compte. A l'audience, il doit pouvoir intégrer la défense de son client, s'il n'y arrive pas, s'il a des problèmes de conscience, il faut qu'il s'en aille. »

Faut-il revenir à l’état d’urgence pour stopper les gilets jaunes ?

Pour ou Contre le RIC ?